logo
preloader
La conscience écologique

La conscience écologique

La mesure de l’impact écologique est l’étape juste avant l’action. Prenons conscience de l’urgence climatique et inversons la tendance.

Prise de conscience

Consciousness

Définition

Etymologie Conscientia = perception de chacun sur le monde extérieur et le jugement de valeurs sur ses propres actes en bien ou en mal.

La prise de conscience écologique c’est l’intériorisation des connaissances des incidences que peuvent avoir les activités humaines sur l’environnement naturel.
C’est un sujet complexe impliquant écologie et psychologie, une réflexion psychique sur le monde qui nous entoure et le rôle nous jouons à l’intérieur de ce dernier, en clair : le progrès en observation écologique avec la confrontation directe avec le changement et la création du besoin à élaborer une nouvelle conception psychologique du moi à s’impliquer dans cette nouvelle réalité (chaotique).

Nous commençons à penser et réaliser que nous faisons parti d’un écosystème.
La conscience environnementale est une valeur morale complexe comprenant trois étapes de conscience :

  • le premier niveau de conscientisation est constitué de mythes fondateurs, d’idées préconçues sans aucun recul ;
  • le second niveau forme un récit conscient du monde ;
  • enfin le troisième niveau existe grâce aux réseaux sociaux qui construisent une conscience environnementale collective selon le sens marxien, c’est à dire un partage de représentations idéologiques et de comportement au nom du vivre ensemble.

Lorsque les 3 étapes sont atteintes, l’homme pourra enfin agir pour inverser la tendance du réchauffement climatique, il est nécessaire d’être pleinement conscient de l’urgence climatique pour agir en conséquence. Les phases sont néanmoins accélérées ces dernières années avec les alertes lancées par les organismes mondiaux militant pour l’environnement.

Dans le monde

WWF (fonds mondial pour la nature) qualifie la situation actuelle de « réveil écologique« , davantage de mesures concrètes sont prises contre la perte de la biodiversité. Pour de réels résultats il est important que la prise de mesures de la conscience collective soit sans frontières dans le monde.

A ce jour, l’opinion public est impacté par la dure réalité des conséquences de nos actes, particulièrement dans les pays émergents, où ils sont impactés directement, on retrouve donc cette forte prise de conscience dans ces marchés émergents.

Les citoyens sont sensibles au sujet et bien plus informés qu’avant sur les dangers de cette vie de surconsommation, l’avènement des réseaux sociaux laisse place à une transparence sur la réalité :
les mentions biodiversité sur Twitter ont augmentés de 65% ces quatre dernière années, les recherches Google sur la perte de biodiversité ont augmentés elles de 16% et 96% en Amérique latine (pays émergents largement conscient à cause de l’impact subi).
D’autre part les réseaux sociaux permettent aux personnes influentes engagées de faire passer un message, sensibiliser et mobiliser leurs communautés.

On retrouve une réelle volonté de changement pour la majorité des citoyens dans le monde, l’environnement devient une préoccupation et non plus une constatation.

Vous souhaitez connaitre votre empreinte environnementale ?
Vous pouvez grâce au simulateur d’empreinte carbone !

Solutions

Cet engouement pour sauver la planète se transforme en pression sociale pour les entreprises, les obligeant à changer leur fonctionnement tant de fabrication, d’industrialisation ou de commercialisation.
Les conséquences des activités économiques sur le système sont désastreuses, les ressources terrestres s’épuisent au dépend de transformation de matières premières destinées à l’industrialisation de masse dans tous les domaines, l’excès est devenu le maître mot des firmes internationales pour répondre aux besoins des consommateurs et à leur impatience : c’est un cercle vicieux, nous, citoyens, reprochons un modèle économique que nous avons créé et alimenté, c’est pourquoi nous devons tous agir chacun à notre échelle.

La dernière chance pour rééquilibrer notre relation avec notre planète serait de changer notre modèle économique mondial et développer un nouveau modèle priorisant la biodiversité.

Ciprian Ionescu a proposé un modèle de gestion pour la viabilité des écosystèmes prônant la compensation des coûts d’amélioration des conditions environnementales par une redistribution des avantages retirés par les bénéficiaires de services écosystémiques, voici quelques exemple d’optimisation issu de ce modèle :

  • un processus du statut quo sur le principe de « pollueur payeur » pour les écosystèmes non résilients ou strictement résilientes lorsque les gestionnaires sont économiquement viables ;
  • un processus de rémunération pérenne de la part des bénéficiaires de service écosystémiques basé sur le principe des « bénéficiaires payeurs »
  • un processus d’aides temporaires économiques et techniques financé par des bénéficiaires de services écosystémiques

Le modèle s’appuie sur une logique de solidarité écologique pénalisant les pollueurs et pour valoriser les bénéficiaires : c’est un modèle fiscal classique repensé selon des critères écoresponsables.

Ce qui existe

Consommer responsable

La consommation responsable est plus respectueuse de l’environnement et plus éthique, cela s’appuie sur les principes du commerce équitable et de l’économie circulaire : une démarche qui s’inscrit dans le développement durable, respect de l’environnement et de l’Homme avec le respect des lois de la protection du travail.

D’après l’ADEME la définition précise de la consommation responsable est qu’elle doit conduire l’acheteur à faire un choix qui prend en compte les impacts environnementaux à toutes les étapes de cycle de vie du produit.

La consommation responsable se joue dans les trois étapes du cycle :

  • lors de l’achat, avec de la transparence sur la provenance et la fabrication des produits, l’achat de produits robustes et adapté à nos besoins ;
  • lors de l’utilisation, une utilisation éthique permettant de faire durer les produits et limiter le gaspillage ;
  • lorsqu’il faut le jeter, avec une logique permettant au produit d’être recyclé et reconditionné.

La totalité des acteurs économiques doivent prendre en considération ces mesures durables pour une boucle écoresponsable : par exemple le circuit court devrait être privilégié tant par les entreprises de revente que par les consommateur et le producteur proposant un prix raisonnable.

Les écogestes interviennent à toutes les étapes de la consommation, il est important d’agir chacun à son échelle pour un meilleur résultat.

Les pouvoirs publics jouent un rôle capital dans la consommation responsable, en effet la commande publique représente environ 10% du PIB français et les nouvelle règlementation souhaite valoriser les entreprises dans une démarche environnementale (RSE etc), cela incite donc les entreprises à devenir plus vertes pour concurrencer le marché public.
Les collectivités gèrent 75% des investissements publics et favorisent l’économie circulaire, c’est même l’acteur accompagnateur essentiel vers ce nouveau système économique.

Un nouveau dérivé de consommation se développe également depuis une dizaine d’année : la consommation collaborative, c’est une source d’économie et lien social que les entreprises commencent à intégrer dans leur business model, nous retrouvons de plus en plus de plateformes collaboratives comme Bla Bla Car pour réduire nos empreinte carbones et faire des économie, uniquement des situations gagnantes gagnantes.

Economiser l’énergie

Après une période ou nous gaspillions l’énergie, et avons quasi épuisés nos ressources matérielles et combustibles fossiles, nous devons à ce jour impérativement économiser l’énergie afin de disposer toujours de ces ressources vitales.
Nous sommes confrontés à un réchauffement climatique évident principalement dû aux émissions de gaz à effet de serre, avec le contre coup de la surconsommation en place ces dernières années, des mesures drastiques doivent être appliquées afin de stopper ce phénomène.

Les grandes institutions s’engagent donc pour fixer des objectifs réalisables afin de faire sauver notre planète, la stratégie nationale bas carbone (SNBC) a établi un plan climat prévoyant :

  • une neutralité carbone d’ici 2050 ;
  • une baisse de 30% de la consommation d’énergies fossiles d’ici 2030 ;
  • réduction de 50% de la part du nucléaire pour la production d’électricité d’ici 2035.

Les énergies renouvelables jouent un rôle important dans cette économie d’énergie puisqu’elles tentent à remplacer les énergies fossiles pour alléger l’émission des gaz à effet de serre et vos factures !
C’est l’énergie d’aujourd’hui.

Il s’agit aussi d’améliorer les efficacités énergétiques des logements vétustes et imposer des règlementations en faveur de l’environnement sur les nouveaux logements.
Le sujet est vaste car c’est une nouvelle manière de penser et d’agir commençant à s’inscrire dans les mœurs pour changer les choses.

Réduire le gaspillage

Inclue dans une logique d’action écoresponsable, la réduction du gaspillage est une conséquence de l’arrêt de la surconsommation.

Le gaspillage énergétique représente 25% de notre consommation, en effet sur nos factures personnelles ou professionnelles, un quart de nos dépenses sont dites inutiles.
Afin de stopper les dépenses inutiles tant pour nos portes monnaie que pour notre planète, NegaWatt, une ONG d’experts en énergie, prône la sobriété énergétique pour réduire de 50% le gaspillage énergétique d’ici 2050.

Le gaspillage alimentaire est la cause de 70 milliards de gaz à effet de serre rejetés dans l’atmosphère, il représente 10% des émissions mondiales : on surproduit pour surconsommer et « sur jeter », cette boucle infernale est à bannir, le gaspillage est la dernière étape du cycle de vie des produits, elle est la conséquence de la production de masse pour subvenir à tous les besoins des citoyens tout de suite, mais fini à la poubelle si la demande est inférieure à l’offre proposée.

A l’échelle individuelle nous devons tous utiliser intelligemment les ressources d’énergies mis à notre disposition, ce sont les petits gestes du quotidien réalisés à l’échelle mondiale qui nous permettront d’atteindre nos objectifs énergétiques : après la prise de conscience viens le changement de nos habitudes.

Suivez nos actualités sur notre blog pour découvrir les mesures applicables à grande et petite échelle pour sauver notre planète.