Fit for 55

>
>
>
Fit for 55

#EUGreenDeal

La neutralité carbone au centre des objectifs de l’Union européenne.

Comment atteindre la neutralité carbone ?

La neutralité carbone c’est l’équilibre entre les émissions de gaz à effet de serre générés par l’homme et l’absorption de ces gaz de l’atmosphère par des puits de carbone, des réservoirs naturels ou artificiels.

Le plan d’action

Le projet « Fit for 55 » qui signifie « paré pour 55 » est un paquet de propositions législatives émises par la Commission européenne possédant un seul objectif ambitieux : atteindre la neutralité carbone dans l’Union européenne d’ici 2050. Il constitue le pacte vert pour l’Europe établi en juillet 2021.
C’est la conséquence de l’alerte du GIEC, le but étant de s’aligner avec l’objectif de ce dernier qui est, pour rappel : limiter à 1,5 degré le réchauffement climatique avant 2030, inscrit dans les accords de Paris.


Ce projet doit répondre à des objectifs climatiques précis selon deux échéances, réduire les émissions de gaz à effet de serre de 55% d’ici 2030 pour ensuite parvenir à une Union Européenne totalement neutre pour le climat en 2050. Des objectifs nationaux régulés par la Commission européenne.

Étape d’ajustement

Lancé en juillet 2021, des mesures ont été établies pour les décennies à venir.
Seulement le conflit géopolitique russo-ukrainien entrainant une forte inflation sur le marché européen, amène le projet à être réajuster afin de pendre en compte de l’augmentation des prix du combustible pour ne pas impacter négativement les membres les plus vulnérables du projet.
C’est un souhait impératif de la CESE (conseil économique social et environnemental) : le besoin de combiner la justice climatique et sociale pour une transition juste, un concept d’adaptation pour une appropriation concluante du projet 55 à tous les États membres. Des moyens différents et adaptables pour les plans nationaux pour la reprise et résilience, avec une prise en compte des précarités énergétiques de chaque nation membre du plan, atteindre l’objectif sans créer de nouveaux dysfonctionnements majeurs économiques ou sociaux.
Baiba MILTOVIČA, présidente de la section TEN (transport, énergie et infrastructures et société de l’information) a affirmé un “renforcement mutuels de toutes les mesures politiques” pour une optimisation continu du plan d’action pour atteindre l’objectif :

“Nous accélérons le processus afin d’atteindre nos objectifs et nous forgeons les instruments adéquats afin de respecter notre engagement.” Stefanie HIESINGER, membre du parti exécutif du pacte vert européen.

Le secteur du transport

Ce secteur est l’un des plus contributeurs au réchauffement climatique aujourd’hui, il suit de près la production d’énergie et électricité en matière d’émission de gaz à effet de serre. C’est donc un domaine où de grandes mesures sont élaborées avec un objectif d’autant plus grand :

Réduire de 90% les émissions de GES par rapport au niveau de 1990 d’ici 2025, toujours afin d’atteindre la neutralité climatique.

Atteindre cette objectif n’est pas une mince affaire, surtout quand on constate la conjoncture internationale avec l’augmentation des coûts dues au SEQE, la hausse des taxes sur l’énergie…
Pour se faire, les ministres européennes des transports ont adoptés « l’orientation générale » avec des solutions adéquats et innovantes permettant une écologisation de la mobilité pour permettre au secteur des transports de se développer d’une manière durable.

Les projets sont contraints de collecter un double bénéfice : celui pour le consommateur et pour l’environnement, on doit retrouver la dimension pratique et écologique
L’AFIR (Infrastructure pour carburants alternatifs) est la ligne directrice et le projet majeur dans cette ambition d’amélioration du secteur, son but est d’avoir un réseau suffisant d’infrastructures permettant de recharger ou ravitailler les véhicules routiers et navires en carburants alternatifs et assurer une interopérabilité totale au sein de l’UE.

Avènement du renouvelable dans le secteur maritime

Encore un secteur où le renouvelable fait son apparition pour révolutionner le fonctionnement et rendre le secteur durable, la solution : du carburant renouvelable et bas carbone ! L’objectif reste d’industrialiser et diminuer au maximum le prix de revente de ces nouveaux carburants afin de correspondre au double bénéfice consommateurs/ environnement.

Le biocarburant est la proposition majeure pour aligner le transport maritime aux objectifs climatiques de l’UE, deux alternatives sont avancées aujourd’hui :

  • « deuxième génération », conçu à partir de dérivés de résidus forestiers et d’huiles de cuisson recyclées ;
  • « troisième génération », à base d’algues. L’avantage de cette alternative est qu’elle n’engendrera pas de crise humanitaire ou de raréfaction de denrées alimentaires par son usage : aucune concurrence avec l’usage alimentaire.

Une autre alternative est plausible : l’hydrogène, seulement cela reste encore une solution trop couteuse malgré son efficacité prouvé.

La décarbonisation du transport aérien

Actuellement le transport le plus polluant, pour cause, le kérosène, combustible dérivé du pétrole, demande une forte intensité énergétique. Pour vous donner une idée, en France, le transport aérien représente 19,9 millions de tonnes de CO2 émis !

Pour parvenir à atteindre cet objectif ambitieux, le conseil européen propose d’accroître l’offre et la demande des carburants durables d’aviation, en outre l’industrialisation et l’utilisation de carburants de synthèse avec une régulation de la concurrence sur le marché du transport aérien de l’UE.

La SAF (carburants durable d’aviation) est un levier à court et moyen terme vers la décarbonisation de l’aviation. 

Le renouvellement des systèmes énergétiques

Aujourd’hui, la production et l’utilisation d’énergie ou d’électricité représente 75% des émissions totales des gaz à effet de serre de l’UE ! C’est le premier secteur contributeur au réchauffement climatique, le cœur du désastre.

Une seule solution : prendre un pivot dans nos habitudes de consommation et de production en Europe, opter pour des mesures drastiques afin d’atteindre les objectifs le plus rapidement possible et inverser la tendance.

Pour les particuliers

Supprimer les systèmes basés sur les énergies fossiles n’est plus un conseil mais une obligation, plus aucun foyer ne peut être équipé de chauffage à gaz ou fioul, qui sont des catastrophes pour notre atmosphère.
Les citoyens sont éduqués à la nécessité de l’utilisation des énergies renouvelables, ce phénomène grandissant est encourageant pour notre planète car l’Europe à est arrivé à une part de renouvelable dans sa consommation finale de 22,1 % en 2020, dépassant l’objectif de 20 %.

Le principe d’efficacité énergétique doit être omniprésent dans tous les esprits afin d’adopter des habitudes de consommation responsables et éviter les pertes d’électricité faibles.

Pour les professionnels

L’instauration du SEQE (système d’échange de quotas des émissions), c’est un instrument très efficace pour limiter les émissions de gaz à effet de serre des entreprises gourmandes en intensité énergétique.
En résumé, les entreprises qui possèdent plus de quotas d’émission qu’elles n’émettent de dioxyde de carbone peuvent revendre le quota excédentaire à des entreprises en déficit de quotas. Ou elles peuvent le conserver pour l’année suivante. Ainsi est créé le mécanisme qui détermine le prix des émissions de CO2.
L’UE fixe un plafond d’émission annuelle totale de dioxyde de carbone, un quota pour les entreprise est établi pour chaque tonne de CO2 qu’elles émettent, une partie de ces quotas sont octroyés gratuitement, pour le reste plusieurs méthodes sont établie afin d’équilibrer les émissions et ne pas dépasser.
On retrouve le principe de l’offre et la demande régulé par plusieurs acteurs.

Conclusion

“En route vers la neutralité carbone” n’est plus une utopie, de réels moyens financiers et recherche et développement sont mis en place à grande échelle afin de réduire considérablement les émissions de CO2 des pôles gros pollueurs. Peu importe les aléas politiques, une seule ligne directrice est suivie par l’UE. L’urgence climatique a été écoutée et les plans d’actions ne cessent d’être optimisés.

La machine est lancée, nous pouvons tous littéralement sauver notre planète, à notre échelle, nous pouvons opter pour le renouvelables en complément de tous nos petits gestes du quotidien.
Vous aussi, adoptez une énergie neutre en carbone et réduisez votre empreinte environnementale, nous ne répéterons jamais assez.

Contactez nous et nous évaluerons la ou les solutions adaptées à votre situation et votre logement, devenez aussi un acteur de l’objectif 55!