logo
preloader
Sècheresse en France

Sècheresse en France

Une autre conséquence du réchauffement climatique. Comment inverser la tendance à tous les niveaux afin de ralentir le changement climatique ?

Conséquence du réchauffement climatique

Explications

Avec le changement climatique, les sécheresses seront de plus en plus récurrentes. 
Pour cause, la hausse des températures entraîne l’augmentation de l’évaporation, renforçant l’intensité et la durée des sécheresses. Les effets sont déjà visibles surtout dans nos régions.

Dès lors que la quantité de pluie est nettement inférieure aux normales de saison alors cela conduit à un mauvais remplissage des nappes phréatiques, après avril le peu de pluie absorbé sert à la croissance de plantes en priorité et donc n’atteignent pas ces réserves d’eaux souterraines, de plus l’eau en surface est plus enclin en été ou au printemps à s’évaporer à cause des fortes chaleurs et de températures de plus en plus élevées dû au réchauffement climatique.

Infos pratiques

Il existe plusieurs types de sècheresses :

  • La sècheresse météorologique liée au manque considérable de pluie,
  • la sècheresse agricole distincte au manque d’eau dans les sols qui nuit prioritairement au développement de la végétation,
  • la sècheresse hydrologique correspondant aux niveaux anormalement bas des cours d’eau ou nappes souterraines.

Afin d’anticiper tous ces phénomènes, il existe un bilan mensuel nommé bulletin de situation hydrologique établi par le ministère du développement durable : il décrit la situation quantitative des milieux aquatiques tous confondus et établi une information synthétique avec les précautions ou restrictions à mettre en place sous forme d’arrêtés préfectoraux.

Le bulletin d’avril 2022 déclare des sols superficiels nettement asséchés sur la majeure partie du pays tandis que la période de recharge des nappes a été très courte et peu active en 2021/ 2022 sur l’ensemble des nappes souterraines, cela conduit à une situation déficitaire d’eau, par conséquent, au 11 avril des restrictions des usages d’eau ont débutés.

Restrictions gouvernementales

Induit par l’institut de la transition écologique, afin de faire face à une insuffisance de la ressource en eau en période d’étiage les seuils sont définis par les préfets au niveau local : ce sont des arrêtés à durée limitée permettant la suspension des usages abusifs ou excessifs de l’eau pendant une période donné sur un périmètre déterminé.

Niveaux d’alertes

  • Vigilance sécheresse (niveau 1) : information et incitation des particuliers et professionnels à faire des économies d’eau.
  • Alerte (niveau 2) : mesures d’interdiction de manœuvre de vanne, d’activité nautique, interdiction à certaines heures d’arroser les jardins, espaces verts, golfs ou encore de laver sa voiture. Pour les agriculteurs, réduction des prélèvements Vigilance sécheresse (niveau 1) : information et incitation des particuliers et professionnels à faire des économies d’eau.
  • Alerte renforcée (niveau 3) : limitation plus forte des prélèvements pour l’arrosage des jardins, espaces verts, golfs, lavage des voitures, …, jusqu’à l’interdiction de certains prélèvements. Pour les agriculteurs, réduction des prélèvements à des fins agricoles supérieure ou égale à 50% (ou interdiction supérieure ou égale à 3,5 jours par semaine).
  • Crise (niveau 4) : arrêt des prélèvements non prioritaires y compris des prélèvements à des fins agricoles. Seuls les prélèvements permettant d’assurer l’exercice des usages prioritaires sont autorisés. Ils concernent des secteurs comme la santé, la sécurité civile, l’eau potable et la salubrité.

S’informer

Avril mois critique pourquoi ? 

Au delà du mois d’avril, l’eau de pluie est essentiellement absorbée par les plantes, en pleine croissance, ou s’évapore à cause de la chaleur. Les températures augmentent à partir de cette période et accentuent l’évaporation progressivement.

Recherche ta commune et informe toi sur tous les gestes à adopter ou ne plus adopter, propres à ton secteur. Pour découvrir la carte sècheresse en France en temps réel, consulte PROPLUVIA : le site dédié aux arrêtés de restriction d’eau.
S’informer, c’est la première étape pour agir pour la planète, tous conscients et tous engagés.

Gestes à adopter

Puisque le cycle de renouvellement d’eau naturel n’est pas suffisant à cette période pour un équilibre hydrogéologique,  il est impératif d’agir en pleine conscience et économiser l’eau pour rétablir ce cycle rapidement avant que les conséquences ne soient catastrophiques : exemple : infiltration d’eau salé dans les nappes souterraines, bouleversement de l’écosystème…

Pour les particuliers

gestes quotidien sècheresse France

Pour les professionnels

Les industriels, les agriculteurs et les collectivités sont les principaux acteurs concernés par les restrictions d’eaux et les gestes à adopter à grande échelle.

  • Agriculture : changement des pratiques d’irrigations, cultures moins consommatrices d’eau , limiter l’irrigation à la bonne dose au bon moment pour éviter tout gaspillage.
  • Industrie : réduction des prélèvements et consommation d’eau par de nouvelles pratiques écologique comme le recyclage des eaux de nettoyage (utilisation de l’eau en circuit fermé).
  • Collectivités : l’entretien et réparation des fuites, la collecte des eaux pluviales pour l’arrosage.

Innovations recyclage des eaux usés

Réutiliser de l’eau usée est moins coûteux que produire de l’eau dessalée ou importer de l’eau potable sur de longues distances. Encadrées par l’OMS, de nombreuses méthodes émergent pour afin de réutiliser l’eau et aider le cycle naturel.

De nombreuses solutions font appel aux énergies renouvelables et plus précisément aux solutions solaires pour faire fonctionner les systèmes. Une énergie propre qui fait encore ses preuves.

En France

  • « Projet ABC » à Grenoble, un immeuble qui transforme l’eau de pluie en eau potable pour ses 62 logements. Comment ? des panneaux solaires qui servent aussi bien à produire l’électricité pour l’autoconsommation du bâtiment qu’ à guider l’eau vers un dispositif de potabilisation.
    L’eau est mélangée à 30% d’eau du réseau puis renvoyée dans les logements en remplacement de l’eau potable du réseau conventionnel. (bâtiment du futur) 
  • « Ecovéa » une douche à recyclage d’eau, en clair c’est un un système écologique et intelligent qui sépare dans le receveur les eaux « souillées » des eaux « propres », évacue les premières vers le drain et réinjecter les secondes vers la douche, après traitement purifiant. A long terme, son installation peut représenter une économie annuelle par personne de près de 20 000 litres d’eau et 900 kWh d’électricité.
  • « Mascara » fondé par Marc Vergnet et Maxime Haudebourg a été récompensé pour la première technologie au monde de dessalement/filtration solaire photovoltaïque. Le projet consiste en la création d’une solution innovante permettant de purifier l’eau de mer et les eaux saumâtres grâce aux énergies renouvelables. Cette solution n’utilise plus de groupe électrogène et se révèle être pertinente dans les territoires où l’accès à l’eau potable est difficile

A l’étranger

  • Erko, la première bière tchèque produite à base d’eau recyclée. Avant d’être brassée, l’eau utilisée est traitée en 3 étapes : filtration, osmose inverse et désinfection.